Equipements et services en gare – SNCF Mobilités – Nancy (54)


 

En 2014, 10% des clients TER alsacien accédaient déjà à la gare par le vélo. En Alsace, l’utilisation du vélo est ancrée depuis de nombreuses années, encouragée par l’aménagement de nombreux itinéraires cyclables. Cette même année, l’arrivée des rames Régiolis limite le nombre de vélos embarqués et pousse la SNCF et le Conseil Régional à revoir la politique d’accès des vélos pour accélérer le déploiement d’équipements de stationnement vélos.

 

A la mise en place de la nouvelle région Grand Est, le Conseil Régional, Gares et Connexions et TER Grand Est réalisent nombre d’actions pour généraliser cette politique volontariste d’incitation à l’usage des mobilités douces et du vélo en particulier comme mode de rabattement vers les TER. L’objectif est de simplifier le parcours des clients qui rejoignent la gare en mode actif ou font leurs derniers kilomètres en mode doux, à travers une prise en compte en amont des besoins et la mise en place de services innovants.

 

L’équipement actuel des gares de la nouvelle région Grand Est est disparate. Certaines gares sont équipées d’arceaux vélo, couverts ou non, d’autres d’abris fermés, avec des conditions d’accès différentes selon les ex-régions et les supports billettiques des TER locaux. Certaines gares importantes sont dépourvues de dispositif de stationnement de vélos.

 

Bollwiller

Pagny sur Moselle

Benfeld

Pont à Mousson


 

Le but de la démarche est de rééquilibrer la répartition des modes de transport vers/depuis la gare au profil des modes doux. Le projet doit permettre d’offrir un niveau de service minimum dans chaque gare, de proposer des services innovants et utiles aux utilisateurs des modes doux pour rallier ou quitter la gare, d’adapter sans cesse l’offre à la demande et de faciliter toujours plus l’accès de la gare aux utilisateurs de mode doux.

 

Dans un enquête IFOP réalisée pour la SNCF en 2015 « vers une mobilité sobre en CO2 : une opportunité pour mieux vivre », 80% des français pensent que d’ici 2050 l’aménagement des communes permettra de se déplacer rapidement et en sécurité à vélo. Ils sont aussi 97% à considérer que ce sera une bonne ou une très bonne solution pour améliorer les déplacements.

 

Le projet se décompose en plusieurs phases :

 

1.       Etat des lieux des stationnements existants dans le Grand Est (arceaux, couvert ou non, fermés ou non),

2.       Diagnostic fin des usages des abris à vélo pour mettre en adéquation demande et offre,

3.       Harmonisation des modes d’accès aux abris fermés sur support billettique unique Grand Est,

4.       Poursuite du déploiement volontariste des équipements dédiés aux stationnements vélos (pose systématisées d’arceaux, installation d’abris fermés ou non, renforcement des places offertes dans les gares saturées, ….),

5.       Scénarisation des espaces pour rendre plus visibles ces équipements et ajout de services pour faciliter l’usage (distributeurs de rustine, de vêtement pluie, de chambre à air,…),

6.       Proposition d’offre innovante comme des trottinettes en libre-service à Colmar,

7.       Veille sur les nouvelles technologies pour enrichir l’offre (capteurs sur emplacement de stationnement pour connaitre le taux d’occupation des abris) et l’adapter de manière réactive.

 

En matière de communication, le projet prévoit :

 

-                     Campagnes d’affichage dans le réseau TER,

-                     Affichage des modalités d’inscription gratuite au droit des abris,

-                     Information dynamique à bord des trains équipés d’un Système d’Information Voyageurs Embarqué,

-                     Centre de Relation Clients SNCF apportant toute réponse au questionnement d’un client,

-                     Scénarisation (voire totémisation) des espaces dédiés aux modes doux pour les promouvoir, les mettre en exergue,

-                     Animation dans les gares avec des ateliers vélo (diagnostic ou réparation).

 

Une réflexion vélo est systématisée dans tous les projets d’aménagement des gares pour apporter une réponse adaptée, en partenariat avec la collectivité concernée et le Conseil Régional (étude du potentiel, politique de la commune, aménagement de la voirie sur la commune, freins éventuels au déplacement ou stationnement, potentiel captable), avec comme principe :

 

-                     installation à minima d’un rack extérieur de 5 arceaux sur un lieu de passage sécurisé,

-                     si potentiel limité, test d’appétence en installant des box individuels,

-                     si potentiel fort, installation d’abris à vélo fermés.

 

Gares & Connexions ne dispose pas forcement de foncier autour des gares. L’implantation de nouveaux abris doit se faire en collaboration avec les villes, les communautés de communes ou agglomérations. Il est indispensable de travailler en synergie avec les villes ou communautés de communes pour apporter une solution complète aux cyclistes : pistes cyclables, solutions de location de vélos, stationnement sur des emprises ville ou SNCF au plus près de la gare.

 

L’harmonisation des systèmes billettiques sur le Grand Est permet d’entamer une réflexion globale sur les moyens d’accès aux abris vélo fermés qui deviendront à terme « sécurisés ».

 

Les principaux résultats à ce jour sur le Grand Est :

- 165 gares équipées d’abris fermés pour une offre totale de 4750 places,

- 78% des gares équipées d’arceaux à minima,

- pour les 119 abris alsaciens en place, 18 774 personnes disposent d’un badge actuellement, soit un rapport de 1 à 5 depuis 2014,

- les trottinettes en libre-service de Colmar rencontrent un fort succès : 16 trottinettes disponibles, après deux mois d’installation, 526 utilisateurs inscrits, 95 utilisateurs actifs pour un total de 150 trajets.

 

Le nouveau plan vélo annoncé par le gouvernement encourage SNCF à poursuivre le développement de son offre de services deux roues : équipements supplémentaires des abris (petit outillage à disposition, station de gonflage, coffres pour les batteries/casques/vêtement de pluie, …), différentiation entre parking deux roues motorisés et vélos, …

 

Gares & Connexions a développé le concept EMA = Espace des Mobilités Alternatives, qui a pour but d’élever le niveau de service de tous les modes d’accès en gare pour favoriser un usage cohérent avec leurs domaines de pertinence et rééquilibrer le partage modal en faveur des modes actifs ou doux. Ces espaces se veulent une démarche d’amélioration incrémentale des services d’intermodalité des PEM (Pôle d’Echange Multimodal). A partir de diagnostic précis, la démarche a pour ambition d’offrir des parcours intermodaux correspondant à l’écosystème local de déplacement, en prenant en compte les contraintes d’espace (foncier) et de financement.